Dysfonction érectile d’origine psychogène

Les troubles de l’érection sont peut-être le trouble le plus connu et celui dont on parle le plus, mais il existe beaucoup d’autres problèmes liés à la sexualité pouvant compliquer les rapports sexuels et frustrer la vie sexuelle. Anorgasmie, malformations du pénis, troubles du désir, éjaculation prématurée, etc. La liste est relativement longue. Dans cet article, nous allons passer en revue certains des troubles de la sexualité les plus fréquents.

Les différents troubles de la sexualité

Comme nous l’avons vu en introduction, il existe de nombreux troubles de la sexualité, qu’ils passent par des problèmes au niveau du sexe en lui-même (malformations) ou pouvant être liés à d’autres facteurs (comme l’éjaculation prématurée ou les troubles du désir), ils sont tous très handicapants pour la sexualité.

  • La dysfonction érectile : Ce n’est peut-être plus utile de la présenter mais c’est malgré tout le trouble dont on entend le plus parler. Il s’agit donc d’un trouble pouvant empêcher ou diminuer la qualité de l’érection, et qui peut être déclenché à travers de très nombreux facteurs, mais qui sont séparés en deux principales catégories. Les troubles d’origine organique, c’est-à-dire ceux qui sont liés à la santé de l’homme et qui peuvent être déclenchés par une maladie, un traumatisme violent à la suite d’un accident, etc. Ce sont les cas les plus nombreux. Mais ils peuvent aussi être d’origine psychologique, cela peut être le cas d’un homme ayant une crainte de la performance, ou dont les relations au sein du couple sont si mauvaises qu’il n’arrive pas à avoir d’érection avec sa compagne.
  • L’éjaculation précoce : Trouble également très connu et très fréquent, il est source d’un grand stress pour les hommes qui le subissent. Il se définit comme un trouble de l'éjaculation persistant ou répété lors de stimulations sexuelles minimes avant, pendant, ou juste après la pénétration, et avant que le sujet ne souhaite éjaculer. L’éjaculation prématurée est souvent causée par une trop grande excitation de l’homme qui n’arrive pas à contrôler son plaisir. Il s’agit d’un réflexe incontrôlé et incontrôlable pour ces hommes. Près d’un homme sur trois serait confronté au problème.
  • L’éjaculation retardée : Il s’agit d’un trouble méconnu mais pourtant relativement fréquent (environ 5% des hommes ont déjà vécu une période d’éjaculation retardée), qui consiste en une difficulté régulière à parvenir à l’éjaculation, et ce malgré la présence d’une érection et d’une excitation normale. Il en existe deux types, la primaire qui existe depuis le début de la vie sexuelle, et la secondaire, qui est apparue ensuite, à la suite d’un traumatisme par exemple.
  • Micro pénis : Beaucoup d’hommes complexes sur la taille de leur pénis. Pourtant, les cas de micro pénis ne touchent que 0.6 % des hommes. Quand est-ce qu’on peut véritablement parler de micro pénis ? Pour cela, il faut que le pénis en érection ne dépasse pas les 7 cm. Il peut être causé par une perturbation hormonale durant la croissance, ou être le symptôme d’une malformation chromosomique. Cependant, il faut noter qu’à part la taille, un micro pénis est identique à un pénis de taille normale et cela n’affecte ni le plaisir ni la fertilité. Jusqu’à l’adolescence, il est possible de procéder à un traitement hormonal, mais une fois à l’âge adulte, il n’y a plus que la chirurgie qui permet de gagner généralement 1 à 2 cm.
  • Déformations du pénis : Quand on parle de déformation du pénis, cela n’a rien à voir avec la courbure naturelle qui peut être constatée chez pratiquement tous les hommes. Il s’agit de courbures anormales qui peuvent être accompagnées de problèmes d’érection, d’un angle pouvant empêcher la pénétration, ou de problèmes de santé. Il est possible de régler le problème par la voie chirurgicale, cependant, le pénis perd généralement 1 à 2 cm à la suite de l’opération.
  • Douleurs : Voici un autre trouble particulièrement gênant pour la sexualité dans le sens où quelque chose de normalement agréable peut se transformer en torture. Ce trouble peut se manifester par des douleurs dans le pénis (gland trop sensible par exemple), les testicules ou dans la région anale à n’importe quel moment du rapport. Il peut se déclencher n’importe quand, parfois même seulement après l’éjaculation, faisant donc redouter ce moment à l’homme et pouvant le bloquer pendant l’acte. Il est important de consulter son médecin afin de vérifier si ces douleurs ne viendraient pas d’un problème de santé grave.
  • Maladie de la Peyronie : Il s’agit d’une maladie rare présente principalement chez les hommes de plus de 50 ans, douloureuse et traumatisante par la courbure du pénis qu’elle provoque. La maladie n’empêche généralement pas les érections, et ne diminue pas leur rigidité, cependant, l’angle de la courbure peut empêcher toute pénétration. Il n’y a pas de traitement si ce n’est une solution chirurgicale (qui réduit la taille du pénis d’environ 2 cm) si la maladie devient trop gênante. Cependant, la verge peut retrouver son état normal après quelques années.
  • Fracture du pénis : Il ne s’agit pas d’une fracture à proprement parler car il n’y a pas d’os, mais le bruit caractéristique et très spectaculaire peut donner cette impression. Et l’expérience n’en est pas moins douloureuse ou impressionnante. Généralement causées par un faux mouvement lors d’ébats très dynamiques, elles provoquent une déchirure dans le pénis, après quoi le pénis peut gonfler de manière impressionnante et changer de couleur. Se rendre rapidement aux urgences permettra de prendre en charge le patient au plus vite et d’éviter des séquelles et problèmes sexuels. L’opération consiste évacuer l’hématome, à réparer la déchirure et à limiter les séquelles. Une prise en charge tardive peut mener à une déformation de la verge et à des troubles de l’érection.
  • Troubles du désir : Les troubles du désir ne sont pas à confondre avec les troubles de l’érection d’origine psychologique (bien qu’ils puissent être liés). Les troubles du désir peuvent avoir de nombreux facteurs, médicaments, hygiène de vie, maladies, dépression, environnement, conditions de vie, relations du couple, routine, manque d’intérêt du partenaire, trop longue période d’inactivité sexuelle… Tous ces facteurs peuvent provoquer des troubles du désir et une grande dégradation de la vie sexuelle et affective. Compliqués à résoudre, le traitement des troubles du désir passe avant tout par un travail personnel et beaucoup de communication avec son partenaire sexuel.

droit d'auteur © 2015 - 2018. tous droits réservés. Toute reproduction est strictement interdite. Le site, son nom de domaine et le contenu du site appartiennent à leurs propriétaires légaux. Toute reproduction, partielle ou totale, mais aussi, toute utilisation non autorisée, sont interdites.