Dysfonction érectile d’origine psychogène

Beaucoup de personnes pensent à tort que les troubles de l’érection proviennent généralement de facteurs psychologiques, poussant les hommes qui les subissent à culpabiliser encore plus. Seulement, dans la majorité des cas, les troubles de l’érection sont causés par des facteurs organiques. C’est-à-dire qu’ils sont liés au corps, à la santé de l’homme et non à son état psychologique. Ils sont généralement le premier symptôme de nombreuses maladies vasculaires (comme le diabète, l’hypertension, etc), mais peuvent également être liés au vieillissement, à des traumatismes physiques, à des opérations chirurgicales, etc. Nous l’avons abordé dans un précédent article que nous vous conseillons de lire si ce n’est déjà fait pour en apprendre plus.

Dans cet article, nous allons parler des cas de troubles de l’érection d’origine psychogène, donc, psychologique (sans que cela ne soit péjoratif). Bien plus complexes à cerner et à traiter, les troubles de l’érection d’origine psychogène peuvent en plus être combinés à des troubles d’origine organique pour créer un cocktail funeste pour la sexualité.

Les causes de la dysfonction d’origine psychogène

Comme nous vous l’avons expliqué, les troubles de l’érection ne se résument pas à des problèmes de santé, tout comme il est faux de penser que tous les troubles de l’érection sont d’origine psychologique. Mais dans ce paragraphe, nous allons nous concentrer entièrement sur les facteurs psychologiques. Dans ce cas-là, il n’y a pas de distinction, un jeune homme sain et arrivant à avoir des érections naturelles ou lorsqu’il se masturbe pourrait se retrouver bloqué une fois au lit avec une femme. Érection trop molle pour parvenir à la pénétration, érection qui ne vient pas ou qui ne dure pas assez longtemps… Ces pannes régulières d’origine psychologique sont très douloureuses pour l’homme.

Premièrement, ce sont les différentes peurs liées à la sexualité et qui empêchent l’homme d’être serein au lit et donc d’avoir une érection que nous allons passer au peigne fin :

  • Performances : Très fréquente et également l’une des responsables d’un grand nombre des dysfonctions d’origine psychogène, la crainte pour l’homme de ne pas combler sa partenaire, de ne pas être assez performant ou endurant est une peur fréquente. Principalement lors du premier rapport sexuel avec une nouvelle partenaire sexuelle, mais cela peut également toucher les hommes après une longue période d’inactivité sexuelle. L’homme peut désirer faire l’amour, mais la crainte de ne pas être à la hauteur le bloque et il ne parviendra pas à avoir d’érection.
  • Érection : Également responsable d’un grand nombre de dysfonctions érectiles d’origine psychogène, la peur de ne pas arriver à avoir une érection, la peur d’avoir une érection pas assez rigide ou qui ne dure pas assez longtemps peut également bloquer l’homme et l’empêcher d’avoir une érection. C’est un cercle vicieux dont il est difficile de se sortir. Cette peur peut également aller de pair avec la crainte des performances (en rapport avec une érection qui ne serait pas assez rigide par exemple).

Viennent ensuite tous les troubles du quotidien n’ayant pas toujours un rapport direct avec la sexualité, mais minant l’humeur ou les relations du couple, finissent par également provoquer des troubles de l’érection :

  • Stress : Le stress dans notre société moderne est omniprésent et il est difficile de ne pas y être confronté un jour ou l’autre. Perte d’un emploi, stress au travail, problèmes financiers, problèmes personnels et familiaux, décès d’un proche, et la liste pourrait être très longue. L’homme trop préoccupé par tous ces facteurs, même s’ils n’ont aucun rapport avec la sexualité, pourrait avoir l’esprit bien trop troublé pour parvenir à obtenir une érection convenable.
  • Routine : La routine est un véritable tue-l ’amour, et elle fait son œuvre lentement mais surement. Au bout d’un moment, les partenaires ne se sentent pas assez stimulés par l’autre, et sollicitent moins voir pas du tout leur partenaire. L’amour et la passion du début semblent également bien loin, et les rapports en deviennent plus mécaniques. C’est une profonde source de frustration pour le couple. Et quand il y a un manque d’entrain et de signes de désir de la partenaire, l’homme en manque d’affection peut développer des troubles de l’érection. La situation s’installant et les rapports devenant de plus en plus espacés et bâclés, c’est tout l’attrait pour la sexualité qui peut s’estomper, et parfois, pousser à aller voir ailleurs.
  • Couple : Beaucoup de situations conflictuelles ou troublées peuvent créer une détresse ou des tensions qui finiront par déclencher un trouble de l’érection. Mauvaise communication, jalousie excessive, disputes répétées, manque de temps pour la vie conjugale à cause du travail, des enfants, et bien d’autres situations peuvent créer un climat non propice à la tendresse et à la sensualité.
    De plus, un comportement négatif et inadapté de la partenaire peut également devenir problématique pour la vie sexuelle du couple et totalement bloquer l’homme. Il peut s’agir de propos dévalorisants, d’expressions répétées de sa frustration, d’une attitude trop critique, etc. Beaucoup de comportements de la femme peuvent finir par braquer l’homme et il pourrait ne plus arriver à avoir d’érections. Mais attention à ne pas rejeter toute la faute sur la compagne qui peut également être en situation de souffrance à cause de la situation.
  • Divers : Beaucoup d’autres facteurs psychologiques peuvent être déclencheurs de troubles de l’érection, il peut s’agir de traumatismes graves (abus sexuel), d’une vision négative de la sexualité d’une manière générale, d’une éducation stricte ou de principes religieux, de tabous ou d’un manque de confiance lié à la sexualité (partenaire coincé), etc.

Comment s’en sortir ?

Il est très compliqué d’offrir un traitement adapté à ce genre de troubles de l’érection. Généralement, cela passe par un travail sur soi (méditation, remise en question, relaxation, yoga, etc), qui peut être complété par des consultations avec un sexologue ou psychologue. De plus, il est également très important de mettre la communication en avant dans le couple, dans chacun des cas décrits plus haut. Il est très important pour l’homme de s’ouvrir à sa compagne pour qu’elle puisse le comprendre, mais aussi l’aider et l’accompagner dans sa guérison en passant par le dialogue afin de le rassurer et de couper court à sa culpabilisation et son sentiment d’isolation.

droit d'auteur © 2015 - 2018. tous droits réservés. Toute reproduction est strictement interdite. Le site, son nom de domaine et le contenu du site appartiennent à leurs propriétaires légaux. Toute reproduction, partielle ou totale, mais aussi, toute utilisation non autorisée, sont interdites.